Mairie Plourivo

Recensement des oiseaux marins mazoutés - Plourivo Vigipol

Depuis la mi-novembre, des oiseaux s’échouent de nouveau, comme l’année dernière, sur la côte Nord du Finistère et l’Ouest des Côtes d’Armor, plus ou moins mazoutés, morts ou vivants. Vigipol échange avec les particuliers et communes qui ont déjà signalé des oiseaux, ainsi qu’avec la station ornithologique de la LPO de l’île Grande (Côtes d’Armor) et le centre de soins Volée de piafs (Morbihan).

Afin de disposer d’une vue d’ensemble de la situation et pouvoir prendre les mesures appropriées, nous vous demandons de bien vouloir signaler à Vigipol tout échouement d’oiseaux que vous auriez déjà pu ou pourriez constaté sur le littoral de votre commune dans les jours à venir. Le cas échéant, merci de compléter le tableau ci-joint et de l’adresser par mail à l’adresse : pollution vigipol.org en nous indiquant la date et le lieu de la découverte (commune et nom du lieu-dit), le nombre d’oiseaux trouvés, la ou les espèces d’oiseau(x) concernée(s), s’ils sont vivants ou morts, s’il y a ou non des traces d’hydrocarbures sur l’animal, ce que vous en avez fait. Joignez-y si possible des photos des oiseaux.

Vigipol a travaillé ces dernières semaines avec les communes, la LPO, Volée de piafs, le Cedre et la préfecture maritime de l’Atlantique pour déterminer l’origine de cette pollution. L’analyse de plumes souillées collectées sur les oiseaux ont permis de révéler que la pollution provient de nouveau de l’épave du Tanio, comme l’hiver dernier. La préfecture maritime ne pourra procéder à l’évaluation de l’état de l’épave que courant janvier. D’ici là, des oiseaux risquent donc encore d’être touchés.

Par conséquent, nous vous demandons de bien vouloir continuer de signaler à Vigipol tout échouement d’oiseaux mazoutés morts ou vivants que vous pourriez constater sur le littoral de votre commune dans les semaines à venir par email à l’adresse : pollution vigipol.org en nous indiquant la date et le lieu de la découverte (commune et nom du lieu-dit), le nombre d’oiseaux trouvés, la ou les espèces d’oiseau(x) concernée(s) si vous les connaissez, s’ils sont vivants ou morts, s’il y a ou non des traces d’hydrocarbures sur l’animal, ce que vous en avez fait. Joignez-y si possible des photos des oiseaux. Il n’est pas nécessaire d’effectuer de prélèvements de plumes souillées pour analyse.

Pour rappel :
> Si l’oiseau est vivant : Mettre l’oiseau dans un carton percé en manipulant celui-ci avec précaution pour éviter qu’il ne vous blesse et avec des gants pour vous protéger des hydrocarbures. Ne lui donner ni à boire ni à manger et ne tenter pas de le nettoyer vous-même. Contacter la station ornithologique de la LPO de l’île Grande au 02 96 91 91 40 qui vous donnera la marche à suivre.
> Si l’oiseau est mort : Prélever quelques plumes souillées et les conserver dans un bocal au frais en indiquant la date de découverte et le lieu. Si une enquête est ouverte ultérieurement, l’analyse de ces échantillons pourrait permettre de déterminer l’origine de la pollution. Mettre ensuite le cadavre dans un bac d’équarrissage. Informer rapidement Vigipol qui centralisera les informations et les transmettra aux autres acteurs concernés afin de prendre les mesures appropriées.